mardi 22 septembre 2015

El peligro del malware





El malware (del inglés "malicious software"), también llamado badware, código maligno, software malicioso o software malintencionado, es un tipo de software que tiene como objetivo infiltrarse o dañar una computadora o sistema de información sin el consentimiento de su propietario. El término malware es muy utilizado por profesionales de la informática para referirse a una variedad de software hostil, intrusivo o molesto.1 El términovirus informático suele aplicarse de forma incorrecta para referirse a todos los tipos de malware, incluidos los virus verdaderos.

El software se considera malware en función de los efectos que provoque en un computador. El término malware incluye virus, gusanos, troyanos, la mayor parte de los rootkits, scareware, spyware, adware intrusivo, crimeware y otros softwares maliciosos e indeseables.2

https://es.wikipedia.org/wiki/Malware




La empresa de seguridad alemana G DATA ha detectado más de un millón de nuevas amenazas para Android en solo seis meses, una cifra récord que supone un incremento de casi un 25% con respecto al trimestre anterior, según publican en su informe Mobile Malware Report Q2/2015. Los expertos han registrado, concretamente, una media de 6.100 muestras de nuevo malware cada día, superando las expectativas más negativas, por lo que G DATA augura que a finales de este año se podrían haber superado los dos millones de nuevas amenazas para Android.

Además, desde el descubrimiento por parte de esta empresa de las funciones espía preinstaladas en el smartphone Star N9500, los expertos de G DATA han puesto especial atención en los dispositivos, descubriendo funciones similares en el firmware de más de 20 modelos diferentes, algunos de fabricantes tan reconocidos como Huawei, Lenovo o Xiaomi, aunque también sospechan que pueden existir otros terminales comprometidos.

"A lo largo del último año, hemos observado un crecimiento significativo de dispositivos que ya llegan al usuario con programas espía en el propio firmware de los terminales", explica Christian Geschkat, responsable de las soluciones de seguridad para dispositivos móviles de G DATA. Según esta empresa, el malware se camufla en una aplicación legítima que mantiene sus funciones originales pero que es capaz de permitir el acceso al dispositivo a los creadores del malware, mostrar anuncios o descargar nuevas aplicaciones no deseadas.

Los expertos de G DATA creen que las aplicaciones manipuladas han sido preinstaladas en el firmware durante el proceso que siguen los terminales desde que salen de fábrica hasta que llegan al usuario final, ya que, "además del margen asociado a la venta del terminal, un dispositivo infectado facilita el lucro a partir del robo de datos personales, el envío de SMS no autorizados o la comercialización indiscriminada de anuncios".

Además, los expertos prevén que las publicaciones de documentación sensible y código fuente relacionado con malware para Android derivadas del ciberataque a la empresa italiana Hacking Team podrían ser aprovechadas por los cibercriminales, provocando oleadas de código malicioso para Android cada vez más sofisticado y maduro.

samedi 12 septembre 2015

Mes moments inoubliables d'étonnement en tant qu'assistant de langue








Formation académique, motivation de postuler ma candidature au poste d'assistant de langue vivante

Je m'appelle Raymond Lawrence. J'ai commencé à apprendre le français au centre de formation linguistique de la Jamaïque, mon pays d'origine, à Kingston. J'ai rencontré des difficultés par rapport à la prononciation et l’expression orale, mais j'ai finalement parvenu à surmonter celles qui se trouvent dans toutes les langues étrangères. Après être venu en France en 2010 pour la première fois lorsque j'étais étudiant de langues vivantes de Shortwood Teachers College de Kingston, institut pédagogique, j'ai compté améliorer davantage mes compétences et continuer à découvrir une culture assez différente, bien qu'il y ait des similarités entre ses valeurs morales, religieuses et celles de la mienne.


L'année suivante, je suis revenu en France pour poursuivre des cours d'enseignement de langues étrangères tels que la traduction, la méthodologie, le français, et un cours Erasmus à l'IUFM (Institut Universitaire de Formation des Maîtres) à Montpellier. J'ai observé des élèves dans l'établissement élémentaire et secondaire du Collège de Garrigues pendant deux semaines dans le cadre de ma formation pédagogique en troisième année. J'ai ensuite pris la décision de postuler ma candidature dans le cadre du programme d'assistants étrangers de langues vivantes en 2014 en France qui n'était pas facile, bien que l'une de mes deux professeures estimables me persuadait et m'encourageait à m'y inscrire occasionnellement, ma famille aussi et mes deux parents qui m'ont appuyé superbement.



Affectation dans l'académie de Versailles, rencontre avec une famille fantastique, les maîtres, les maîtresses, déménagement dans les Yvelines


Heureusement, quelques mois plus tard, j’ai été sélectionné pour être assistant de langue et affecté dans l'académie de Versailles. Grâce à un professeur serviable et attentionné, il m'est devenu possible de rester chez une famille de personnes très serviables, attentionnées, accueillantes, habitant à Sartrouville. L'une d'entre elles a pensé que c'était une coïncidence fortuite que j'y aie été affecté, et était disposée à m'héberger lorsque trouver un hébergement bon marché était presque impossible. Je les aidais avec grand plaisir de presque toutes les manières possibles. Après avoir passé quelques mois à leur domicile, j'ai déménagé à côté de la Seine sur laquelle les bateaux à voile peuvent être vus fréquemment.


J'ai commencé à travailler dans deux écoles élémentaires séparées, la rouge et la blanche du Groupe scolaire Paul Bert, à Sartrouville, où les maîtres et les maîtresses, les professeurs, m'ont accueilli chaleureusement quand ma conseillère pédagogique m'accompagnait en les rencontrant pour la première fois dont la gentillesse, générosité, et disponibilité ont accentué mon sentiment d'appartenance au groupe que j'ai grandement apprécié. Parfois ils voulaient savoir ce qui se passait dans ma vie, surtout la directrice, ils m'encourageaient, et me traitaient comme un vrai membre du personnel. Participer à des réunions organisées se déroulant en salle des maîtres était une bonne manière de savoir ce qui se passait dans l'environnement scolaire, d'améliorer mes compétences orales et de rendre plus efficaces mes aptitudes à la communication.



Niveaux d'enseignement, appui des maîtresses


J'ai enseigné à des élèves de trois niveaux du Cycle 3 des approfondissements d'enseignement primaire français. Chaque classe en comptait une vingtaine: Première année : Cours élémentaire 2ème année ou CE2 (8-9 ans), Deuxième année: Cours moyen 1ère année ou CM1 (9-10 ans), et Troisième année : Cours moyen 2ème année ou CM2 (10-11 ans). Je ne pensais pas que je serais chargé des leçons des cours d'anglais mais j'étais bien plus qu'heureux.


Bien que j'étais essentiellement chargé de chaque séance alors que j'étais celui qui décidait de toutes les tâches que les élèves feraient, certaines maîtresses m'appuyaient en me suggérant des activités auxquelles les jeunes enfants participent généralement, en me prêtant du matériel didactique, des flashcards et des manuels scolaires comme sources de référence. Une autre maîtresse, même si je n'enseignais pas à sa classe, avait la gentillesse de me prêter quelques-uns de ses matériaux personnels car nous nous parlions quotidiennement. Ces matériaux ont été probablement très utiles pour répondre suffisamment aux besoins des élèves apprenant par la visualisation et pour bien attirer l'attention de tous, même si je n'avais pas de ressources technologiques.



Première rencontre avec les jeunes enfants, étonnement inoubliable


Quand j'ai rencontré les jeunes enfants dans chaque salle de classe pour la première fois, il y en avait beaucoup qui se faisaient une joie de me voir, me rencontrer, d'apprendre à me connaître et de me poser des questions concernant la Jamaïque. Je m'étonnais qu'ils n'aient pas imaginé qu'elle était située en Afrique comme j'avais soupçonné mais plusieurs enfants, maîtres et maîtresses, pensaient apparemment qu'elle était située en Amérique du nord, plus particulièrement dans l'État de Floride aux États-Unis ou quelque part dans la partie orientale de ce pays.


De nombreuses personnes de mon pays se seraient étonnées d'apprendre que contrairement aux élèves jamaïquains, les élèves à Sartrouville, et possiblement ceux dans d'autres villes dans d'autres régions françaises, aient la recréation à la fin de chaque séance ou après deux heures de cours, que presque toutes les écoles n'aient pas de cours les mercredis, que les élèves aient deux semaines de vacances à chaque saison. Les élèves jamaïquains n’ont pas cela, ils n'ont la recréation qu'à la pause déjeuner et donc les heures de cours sont évidemment prolongées jusqu'à l'après-midi ou plus tard en fonction de l'établissement scolaire. 



Partager la culture jamaïquaine, enseignement dans les salles


J'ai eu l'honneur de partager ma culture avec les enfants. Je leur ai montré que la Jamaïque est une île située dans la région des Caraïbes, ses symboles nationaux, son blason, son drapeau, ses quatorze provinces, des sites touristiques comme Green Grotto Caves, des cavernes préhistoriques, Dunns River Falls, une grande cascade, des types d'uniformes différents portés par des élèves jamaïquains en excursion scolaire, etc. J'ai également eu l'honneur d'enseigner à des élèves ayant la nationalité ivoirienne, camerounaise, bangladaise, palestinienne, marocaine, congolaise, algérienne, portugaise, espagnole, péruvienne, kosovare, guadeloupéenne, martiniquaise, brésilienne, etc. Ils sont tellement fiers de leur héritage culturel et cela c'est possiblement l'une des raisons pour lesquelles ils prétendent qu'ils réellement viennent des patries de leurs parents. 


La plupart des élèves s'intéressaient vivement aux activités que je leur ai préparées en classe telles qu'hangman dans laquelle ils devinaient les lettres ou les mots, s'ils les connaissaient, et le jeu des chaises musicales dans lequel les élèves essayaient d'aller chercher les mots écrits sur les feuilles que j'ai mises sur leurs chaises avant d'autres camarades lorsque la musique s'arrête. Nous avons mimé des émotions, joué au Bingo, etc. En voyant que les élèves aimaient bien dessiner et colorier, je leur ai permis de dessiner leurs camarades portant les différents types de vêtements que je leur faisais apprendre, même la maîtresse, ou moi, s'ils voulaient. Nous nous sommes beaucoup amusés. Parce qu'il y aurait des concepts grammaticaux du français que les enfants ne pourraient pas comprendre pendant que je leur en faisais apprendre en anglais, je devais être prudent en leur choisissant des exercices pour les aider à s'entraîner à écrire ou parler.



Composer avec les défis et les perturbations

Quelquefois, certains enfants, les plus difficiles, dans certaines classes, réagissaient de façon résistante parce qu'ils ne s'intéressaient pas à des activités ni ne discutaient avec leur camarades pour qu'ils s'accoutument à se communiquer oralement les uns avec les autres. Quand les enfants travaillaient par deux principalement pour s'interroger, il me fallait être attentif quant à la façon dont certains choisissaient leurs camarades avec lesquels ils travailleraient quand je leur permettais de le faire parce que quand ils se retrouvaient sans partenaires, surtout leurs préférés, ils commençaient à pleurer. Certains craignaient de se tromper surtout en parlant anglais parce qu'ils étaient extrêmement timides et ne parlaient que très doucement en chuchotant les questions posées en classe ainsi que les réponses.


Malgré les défis auxquels j'étais confronté dans certaines classes, j'essayais de trouver de moyens de faire aux élèves comprendre des consignes et leur donner l'assurance qu'ils n'avaient pas à s'en préoccuper ni de commettre des erreurs de prononciation car nous nous trompons tous, que c'est en prenant confiance que l'on pourra développer et améliorer ses compétences. Je les encourageais à avoir une attitude positive par apport à l'apprentissage d'une langue étrangère. Il faut vraiment rester patient, même avec les élèves désobéissants et ceux qui pourraient avoir des besoins particuliers pour qu'ils soient encouragés à participer, leurs besoins soient plus satisfaits, et j'ai également appris qu'il faut s'investir à leur rendre plus accueillant l'environnement scolaire.



En dehors de l'environnement scolaire, visite des sites touristiques


En dehors du lieu de travail, le 1er Octobre 2014, j'ai eu l'expérience où j'essayais de trouver le bâtiment dans lequel la formation pédagogique aurait dû se dérouler à Guyancourt après être descendu tranquillement à la gare de Saint-Quentin-en-Yvelines. J'ai trouvé risible de découvrir qu'elle aurait lieu dans un autre endroit en voyant le panneau de la porte d'un bâtiment apparemment silencieux et vide. C'était frustrant de parcourir dans des zones pour demander aux personnes qui ne savaient pas au sujet d'une formation pédagogique, même deux administratrices dans les bureaux principaux de deux bâtiments séparés et éloignés l'un de l'autre, desquelles des informations de l'emplacement du bon bâtiment que je cherchais ont été sollicitées, mais elles étaient disposées à m'aider à le trouver. Quand je l'ai finalement trouvé, j'ai rencontré d'autres assistantes de langue anglaise, dont plusieurs parlaient couramment le français, et en étant d'autres pays anglophones lorsque nous nous réunissions.


Lorsque je me rendais dans des communes dans la région parisienne, dans le département des Yvelines, je me perdais parce que je commettais l'erreur de ne pas prendre les bons trains. Le système de transport public me paraissait assez compliqué, même quand je demandais l'assistance de quelqu'un, et encore plus compliqué quand je n'en demandais pas ni utilisais de carte comme d'autres voyageurs et en raison de cela, on me disait que j'étais si courageux. S'accoutumer à voyager sans carte est une façon sensible de connaître les arrêts intermédiaires de trajets surtout quand l'on est totalement dans l'ignorance de l'entourage dans les communes. Maintenant je sais prendre facilement les modes de transport différents et quelques personnes, même celles habitant la région parisienne, me demandent où trouver certains endroits et je suis capable de les aider.


Je visitais des sites touristiques tels que l'Arc de Triomphe, la Tour Eiffel, la Cathédrale Notre Dame, le Château de Saint-Germain-En-Laye et j'allais voir des événements ayant lieu à Paris et dans les Yvelines. Je continue à apprécier les paysages typiques français et les coutumes qui me font régulièrement imaginer. J'adore les gâteaux croustillants, les crêpes, les galettes des rois exquises, les pains aux raisins, les pains au chocolat, les baguettes croustillantes, grosses et petites. Les dimanches, j'allais à l'église anglicane à Maisons-Laffitte à côté du Château de Maisons.



Remerciements, impact du programme d'assistants de langues vivantes


L’expérience approche malheureusement sa fin. Je souhaiterais quand même en avoir une autre avec mes collègues et les jeunes enfants parce que je ne veux pas les quitter ni le Groupe scolaire Paul Bert. J’espère repostuler pour avoir d'autres occasions de travailler à l’étranger car l’échange culturel est vraiment touchant, ce qui me donne envie de persuader d'autres individus d'en faire partie, et je pense que je n'aurais pas pu rêver d'une expérience absolument irréprochable parce que j'en ai profité remarquablement. Je remercie Dieu Tout-Puissant pour toutes les merveilleuses expériences, sans qui il m'aurait été impossible d'en vivre et le CIEP de m'avoir permis d'avoir une expérience d'enseignement au niveau élémentaire dans une école française où j'ai pu transmettre aux jeunes enfants de nouvelles connaissances. J’ai l'impression d'être généralement plus libre de suivre mes ambitions, de tracer ma propre voie de la manière souhaitée depuis que je travaille à Sartrouville. Cela m'aide à me développer, personnellement, à savoir ce que je veux, comment l’obtenir, et cela m'aide également à devenir le professeur que je désire pour les apprenants au quotidien.